Référents


Documents labellisés

J.M.W.Turner, les paysagistes anglais et l’Anthropo(s)cène

Vers le site de ce contributeur
Frédéric Ogée, professeur de littérature et d’histoire de l’art
Université Paris Diderot
Enregistré le : 19/06/2021 - Durée : 51mn55s - Réalisation : Institut Européen des Jardins et Paysages
Lieu : Château de Bénouville

L’importance croissante des préoccupations écologiques et sa transcription dans la nouvelle discipline de l’écocritique ont identifié la première moitié du 19ème siècle comme un point de départ possible pour l’Anthropocène, c’est-à-dire quand les premiers effets de la révolution industrielle ont commencé à être perceptibles et quand l’empreinte de l’homme sur la nature a semblé devenir primordiale, essentielle et irréversible.
De façon remarquable, la révolution industrielle en Grande-Bretagne coïncida avec le triomphe du paysage comme genre pictural prédominant dans l’école anglaise de peinture. Dans cette conférence, centrée sur une lecture croisée de trois tableaux exposés par Turner en 1818 (l’année où Mary Shelley publia Frankenstein ou le Prométhée moderne), je souhaiterais suggérer que le principal sujet de l’art du paysage anglais tel que Turner (et Constable) l’ont ré-inventé est aussi l’exploration de cette inscription frictionnelle de la présence de l’homme dans la Nature, dotant ainsi le genre du paysage d’une force philosophique et épistémologique si remarquable que, à leurs yeux du moins, celui-ci pouvait être considéré comme la nouvelle peinture d’histoire « moderne ». Dans leurs œuvres, le « monde naturel » n’est pas considéré comme « l’environnement » de l’homme, quelque chose de périphérique servant d’écrin à la présence centrale de l’homme, la nature EST le centre et devient, ou re-devient, force dominante. Ce subtil déplacement de ce qui est central, de ce qui compte, entre l’homme et la nature est, à mon sens, la principale révolution introduite par les paysagistes anglais de l’époque, qui ont substitué à la centralité de l’homme et du contrôle de l’homme sur la nature – principale caractéristique de la peinture d’histoire classique mais aussi principe dominant du colonialisme alors triomphant – l’extraordinaire force symphonique dont ils ont doté la Nature dans les scènes « réelles » qu’ils dépeignent.
En fin de compte, je souhaite suggérer qu’il devient de plus en plus nécessaire de considérer l’art du paysage comme une preuve, de regarder ces innombrables images comme autant de traces de ce que nous avons fait à la nature.

Frédéric Ogée est professeur de littérature et d’histoire de l’art britanniques à l’Université de Paris. Ses principaux domaines de recherche sont l’esthétique, la littérature et l’art au cours du long 18ème siècle (1660-1815), sur lesquels il a souvent donné des conférences dans des universités européennes, nord-américaines et asiatiques. Commissaire de l’exposition sur le peintre anglais William Hogarth au Musée du Louvre en 2006, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment Diderot and European Culture, un recueil d’essais (Oxford: 2006, réédité 2009), J.M.W.Turner : Les paysages absolus (Hazan, 2010) et Jardins et Civilisations (Valenciennes, 2019), suite à une conférence organisée à l’Institut Européen des Jardins et Paysages de Caen. Il écrit actuellement une série de grandes monographies sur quatre artistes anglais pour les éditions Cohen & Cohen, à paraître entre 2022 et 2025 : Thomas Lawrence, J.M.W.Turner, Thomas Gainsborough et William Hogarth. De 2014 à 2017, il a été membre du conseil scientifique de la Tate Britain à Londres et, depuis 2014, est membre du Conseil Scientifique de la Ville de Paris. En 2018-19, il a été Kress Fellow en Histoire de l’art au Clark Art Institute, puis professeur invité à Smith College, tous deux dans le Massachusetts.

 

Pour en savoir davantage
Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Amour Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Climat Cognition Collectivité Commerce Communication Complexité Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Danse Dessin Discrimination Documents Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecriture Ecrivains Edition Education Emploi Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Evolution Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Futur Genre Historiographie Héritage Identité Idées Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Mode Modélisation Monnaie Morale Mort Motricité Musique Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normandie Normes Nucléaire Numérique Orient Orientation Ouvrages Paix Pandémie Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Personnage Philosophie Photographie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Progrès Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Rebellion Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Rituel Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Sport Suicide Surréalisme Syndicalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Utopie Valeurs Vestiges Victimes Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vulnérabilité Vérité Écologie
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH