Copropriété mixte à Angers, 60 logements

Depuis quelques années, la vente HLM connait une accélération. Pensée comme un dispositif favorisant l’accès à la propriété des catégories populaires et l’un des outils de la « mixité sociale », les organismes d’HLM la mobilisent aujourd’hui aussi – et surtout – pour dégager des fonds.

La vente HLM entraîne de fait la création de copropriétés mixtes dans des ensembles immobiliers relevant initialement exclusivement du logement locatif social. Ces nouvelles modalités de gestion ont des effets sur l’organisation et les pratiques des organismes mais aussi sur le fonctionnement social des résidences. En particulier, quels impacts la vente HLM a-t-elle en termes de relations de voisinage, d’appropriation du logement, de l’immeuble et du quartier ? Plus largement, comment ces doubles dimensions (gestion de copropriétés et fonctionnement social) interagissent-elles entre elles ?

Afin de répondre à ces questions, l’équipe de recherche[1] propose une enquête principalement qualitative, qui repose sur la comparaison de trois agglomérations : la CA de Cergy-Pontoise, le Grand Nancy et Angers Loire Métropole. Sur ces territoires,  l’équipe conduit des entretiens avec les bailleurs et les collectivités, une analyse statistique du Répertoire des logements locatifs des bailleurs sociaux (RPLS) et des analyses monographiques d’une ou deux résidences au sein de chaque agglomération.

L’ensemble du programme de recherche dispose d’un site dédié, animé par l’Union sociale pour l’habitat : https://recherche-ventehlm.union-habitat.org/

Camille Devaux




[1] Cette équipe est constituée de C. Devaux (MCF, ESO Caen), R. Habouzit (MCF, IDPS), M. Cordier et E. Saint-Macary (Ville et Habitat), S. Le Garrec (sociologue indépendante)